CDC Habitat

Résidence Orphée : un projet d’équilibriste entre densification et accessibilité
© 11h45

22 OCTOBRE 2020  PARIS (75018) 

Résidence Orphée : un projet d’équilibriste entre densification et accessibilité

C’est un programme neuf de 72 logement locatifs sociaux, complété d’une crèche de 66 berceaux et de plusieurs commerces, qui a été livré en juillet dernier Boulevard Ney, dans le 18e arrondissement de Paris. Entre densification et intégration au paysage, le projet a été récompensé pour son approche architecturale innovante.  

Il aura fallu cinq années pour que la résidence Orphée voit le jour Boulevard Ney à Paris. Dans un secteur en pleine transformation depuis l’arrivée du tramway en 2018, allant de la Porte de Clignancourt jusqu’au Boulevard des Poissonniers et au Boulevard Montmartre, la construction d’un nouvel ensemble immobilier s’est révélé être un challenge à bien des égards. « Le projet a démarré en 2015 à partir d’une parcelle foncière appartenant à CDC Habitat, située en face de trois tours de 300 logements chacune datant des années 70 et déjà gérées par nos soins », explique Jacques Drieu La Rochelle, directeur de programmes chez Grand Paris Habitat. « L’espace étant assez contraint, le défi était de parvenir à densifier l’offre de logements tout en maintenant l’accessibilité aux autres immeubles et la circulation tout autour de la parcelle ».

Des défis relevés collectivement

Une grande concertation a été menée en amont afin de co-concevoir ce projet, en associant notamment l’amicale des locataires au choix des lauréats du concours. Un consensus a été trouvé autour d’un ensemble composé de 72 logements locatifs sociaux, une crèche et deux commerces, alignés sur le boulevard afin de reformer une façade urbaine. « Chaque détail a été pensé de manière scrupuleuse, de l’ombre portée sur les immeubles environnants aux accès en passant par la gêne occasionnée par le chantier », reprend Jacques Drieu La Rochelle. « Nous sommes allés jusqu’à louer des espaces dédiés afin de déplacer certaines installations du chantier et limiter les nuisances ».

À l’impact du chantier sur la vie du quartier sont venus s’ajouter quelques défis techniques, notamment la nécessité de réaliser des injections pour combler des vides à 60 mètres de profondeur, intervention imposée par l’Inspection Générale des Carrières. Un marché préliminaire a donc dû être lancé pour renforcer le sous-sol avant le début des travaux, une campagne de pieux a ensuite été nécessaire pour fonder le bâtiment occasionnant un décalage du planning initial.

Une approche architecturale exemplaire

Pour autant, si le projet ne fut pas un long fleuve tranquille, le résultat final est à la hauteur des espoirs suscités. La vision portée par Ingrid Taillandier du cabinet ITAR Architecture a permis à l’ensemble de s’intégrer parfaitement aux ensembles existants tout en préservant les vues et les apports lumineux des tours voisines. Le choix a notamment été fait de scinder le programme en deux volumes de six et neuf étages, reliés par un socle accueillant la crèche et les commerces. Du côté des logements, l’accent a été mis sur la diversité des typologies et sur le bien-être des occupants, avec des loggias dans chaque appartement.

Résidence Orphée : un projet d’équilibriste entre densification et accessibilité
La vision portée par Ingrid Taillandier du cabinet ITAR Architecture a permis à l’ensemble de s’intégrer parfaitement aux ensembles existants tout en préservant les vues et les apports lumineux des tours voisines. Le choix a notamment été fait de scinder le programme en deux volumes de six et neufs étages, reliés par un socle accueillant la crèche et les commerces. © 11h45
La vision portée par Ingrid Taillandier du cabinet ITAR Architecture a permis à l’ensemble de s’intégrer parfaitement aux ensembles existants tout en préservant les vues et les apports lumineux des tours voisines. Le choix a notamment été fait de scinder le programme en deux volumes de six et neufs étages, reliés par un socle accueillant la crèche et les commerces. © 11h45

« Le travail en façade avec des angles arrondis a également permis d’apporter une certaine douceur à l’ensemble », souligne Jacques Drieu La Rochelle. « Quant aux matériaux, le choix de la brique fait écho aux constructions du Boulevard des Maréchaux, donnant à l’ensemble un caractère intemporel tandis que la couleur blanche lui apporte homogénéité et modernité ». La qualité globale du bâti n’est d’ailleurs pas passée inaperçue puisque le projet fait déjà l’objet de nombreux articles dans la presse et reçoit même des éloges manuscrits de locataires ! Une belle conclusion pour ce projet inauguré le 16 octobre dernier en présence des équipes de la Mairie du 18e arrondissement.

> Télécharger la plaquette de présentation de l’opération

L’accent a été mis sur le bien-être des occupants, avec des loggias dans chaque appartement. © 11h45
L'accent a été mis sur le bien-être des occupants, avec des loggias dans chaque appartement. © 11h45
picto-cdc-habitat-inscrits

72 logements locatifs sociaux

picto-cdc-habitat-echanges

1 crèche de 66 berceaux

picto-cdc-habitat-dossiers

2 commerces