CDC Habitat

demarrage-reussi-pour-la-bourse-d’echange-de-logements-sociaux

11 AVRIL 2019

Démarrage réussi pour la bourse d’échange de logements sociaux

Et si les locataires devenaient acteurs de leur mobilité résidentielle ? C’est le pari fait par 12 bailleurs sociaux franciliens en partenariat avec la ville de Paris à travers la 1ère bourse d’échange de logements sociaux. Opérationnel depuis octobre 2018 au sein de la capitale, le dispositif sera progressivement étendu à l’ensemble de la région au 2e trimestre 2019 – en concertation avec les élus et les territoires.

Un couple qui se fait ou se défait, une famille qui s’agrandit, un nouveau travail… Les raisons de vouloir changer de logement sont multiples, à tel point qu’environ 30% des locataires du parc social francilien ont demandé leur mutation en 2018. La gestion de la mobilité résidentielle fait donc partie du quotidien des bailleurs sociaux, et une charte inter-bailleurs a d’ailleurs été signée en 2015 avec la Mairie de Paris afin de fluidifier les processus.

« L’idée de mettre en place une bourse d’échange de logements est venue du constat partagé par l’ensemble des acteurs d’une extrême tension du marché et d’un besoin de renforcer la mobilité inter-réservataires pour mieux répondre aux besoins des locataires », explique Marianne Finel, responsable Qualité et Ingénierie au sein de la direction interrégionale d’Île-de-France de CDC Habitat.

Un dispositif facile à prendre en main

Baptisé « Echanger Habiter », le dispositif impulsé par la Ville de Paris et coordonné par l’AORIF s’articule autour d’une plateforme web extrêmement simple d’utilisation. Le locataire crée son compte, remplit les caractéristiques de son logement, puis précise les critères de sa recherche. Une fois toutes les données rentrées, son compte devient actif et le système lui remonte automatiquement les double-correspondances parfaites – lui permettant alors de rentrer en contact avec le locataire du bien qui l’intéresse.

Si l’objectif est de laisser les gens autonomes, l’ensemble du dispositif a été pensé de manière à sécuriser les démarches : anonymat des premiers échanges, visites, temps de réflexion, possibilité de se rétracter à tout moment… Ce n’est qu’une fois les deux parties tombées d’accord que les bailleurs sont prévenus : ils ont alors 7 jours pour pré-instruire le dossier qui suivra ensuite les étapes classiques – de la vérification des revenus des futurs locataires au passage en commission d’attribution en passant par la rédaction des nouveaux baux.

demarrage-reussi-pour-la-bourse-d’echange-de-logements-sociaux-2

Gagner en efficacité et en pertinence

« La plus grosse contrainte du dispositif est que les deux déménagements doivent avoir lieu le même jour, avec donc des états des lieux de sortie et d’entrée réalisés à seulement quelques heures d’intervalle », souligne Marianne Finel. « Mais c’est bien le seul bémol par rapport à un dispositif qui a très vite fait ses preuves ». L’expérimentation s’est d’autant mieux déroulée que tout le monde a joué le jeu, à commencer par l’État et Action Logement qui se sont engagés, via l’accord-cadre signé en avril 2018, « à ne pas faire jouer leur droit de réservation dès lors que deux ménages convergent dans leur projet résidentiel ».

L’AORIF et une quarantaine de bailleurs franciliens travaillent actuellement à l’extension du dispositif à l’ensemble de la région parisienne, en concertation avec les communes concernées. Une démarche collaborative essentielle pour garantir la réussite du dispositif.

picto-cdc-habitat-logements

220 000 logements concernés

picto-cdc-habitat-inscrits

+ de 9 000 inscrits dont environ 6 700 en recherche active

picto-cdc-habitat-echanges

46 échanges réalisés ou en attente de déménagement

picto-cdc-habitat-dossiers

52 dossiers en cours d’instruction